Une entrée sur la scène hip-hop sud-coréenne : les artistes féminines (1/2)

           Bien souvent délaissée par le milieu hip-hop, les femmes ne sont pourtant pas les moins douées. Alors que peu d’artistes hip-hop féminines arrivent à se frayer un chemin dans un monde masculin, cette dernière décennie voit de plus en plus de figures féminines hip-hop connaître le succès en Corée du Sud. Tout d’abord guidées par Yoon Mi Rae, elles deviennent petit à petit plus visibles. Notamment grâce à l’émission « Unpretty Rapstar » qui met à l’honneur ces femmes surprenantes. Présentation de trois icônes féminines du rap sud-coréen.

Yoon Mi Rae

                Considérée comme la meilleure rappeuse sud-coréenne pendant longtemps, elle est née d’une mère coréenne et d’un père afro-américain. Figure de proue du hip-hop féminin, elle est devenue une artiste incontournable pour tout coréen passionné de hip-hop se respectant. Elle débute à l’âge de 16 ans dans le groupe Uptown, alors que le hip-hop et le RnB viennent tout juste d’arriver en Corée. A 21 ans, elle se lance en solo et connaît le succès d’album en album. Non seulement excellente rappeuse à la voix rauque, elle est également une chanteuse de talent. A 27 ans, elle se marie avec le rappeur Tiger JK, lui aussi réelle célébrité du rap. Ils forment depuis un duo légendaire de la scène hip-hop sud-coréenne. Aujourd’hui âgée de 38 ans, elle continue doucement sa carrière. Elle se concentre néanmoins davantage sur la gestion du label FeelGhood Music aux côtés de son mari.

                Sa voix rauque caractéristique, son flow particulier et son attitude font d’elle une vraie marque « hip-hop » qui poursuivra tous les artistes après elle. Harcelée et discriminée à cause de son apparence mixte dès sa jeunesse, elle décrit ce qu’elle a vécu et subi dans la chanson « Black Happiness » avec toutefois une note d’espoir. Par ailleurs, elle est une porte-parole des « familles multiculturelles ».

CL

                Débutée dans le groupe 2NE1, groupe-phare de la K-Pop aux côtés de Girls Generation, CL fait rapidement ses preuves en tant que rappeuse. Jeune elle voyage beaucoup, vivant en France ou encore au Japon. Lorsqu’elle arrive en Corée du Sud pour se lancer dans la musique, ses influences musicales la poussent vers le hip-hop. Dès ses débuts, son rap étonne : sa voix, son rythme, sa façon de faire, ses gestes. Elle se distingue des autres rappeuses de K-Pop par un réel goût pour le hip-hop. Très vite, elle est nommée régulièrement par tous les classements des meilleurs rappeurs sud-coréens, mentionnée par les autres artistes et surnommée « the Baddest Female ». Elle participe également à la composition des chansons et à l’écriture des paroles, écrivant la quasi-totalité de ses raps.

De plus, elle possède une voix très impressionnante et des compétences vocales qui font d’elle une chanteuse hors-pair. Ses performances en danse sont aussi très pointues et elle a également joué dans un film hollywoodien. Il n’y a donc aucun domaine où CL n’excelle pas. Malgré des débuts prometteurs aux Etats-Unis et la signature d’un contrat avec le producteur américain Scooter Braun, son travail a été bloqué par son agence qui l’entrave continuellement. Pendant plus de deux ans, bien qu’elle ait écrit plus de 200 morceaux, aucun ne fut partagé au grand public. Son retour est très attendu, sachant que la fin de son contrat avec son agence actuel est prévu pour cette année.

“The Baddest Female”

Cette chanson appelée “the Baddest Female” aux sonorités hip-hop lentes (70 battements par minute) accentuées par du dubstep a fait grand bruit dans le monde de la musique sud-coréenne. Véritable hymne aux femmes fortes et assumées, elle n’y mâche pas ses mots et fait l’éloge de la puissance féminine.

Cheetah

                Contrairement à Yoon Mi Rae ou à CL, le succès n’a pas été si facile à obtenir pour Cheetah. Débutée dans le duo RnB BlackList qui est passé complétement inaperçu, elle participe à Show Me The Money, étant l’une des premières participantes féminines de cette émission de rap. Elle rejoint ensuite Crush, formant un duo qui ne durera pas longtemps. Son EP « Cheetah Itself » attire l’attention sur elle, cependant c’est réellement sa participation à Unpretty Rapstar qui la propulse sur le devant de la scène hip-hop féminine.

Son look étonne, son rap surprend. Tout le personnage dérange en Corée du Sud, abordant des thèmes compliqués comme la dépression, le coma ou autres expériences difficiles qu’elle a subies. Ses looks et ses clips sont également en rupture avec les standards. Femme forte et peu impressionnable, elle finit par gagner l’émission sans grande surprise et sort sa chanson « My Number » qui connaît un joli succès. Restant néanmoins toujours underground, elle est considérée comme une pointure du rap.

Si vous aimez le hip-hop et souhaitez enregistrer votre prochaine mixtape, vous pouvez faire appel à RekYou.

Si vous êtes un studio, créez votre annonce sur RekYou.

Retrouvez également des conseils sur comment préparer votre session d’enregistrement sur le blog de RekYou.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *