Financer son projet musical

En tant qu’artiste, l’une des préoccupations majeures est de trouver les financements nécessaires à la réalisation de son projet.  En effet, sans soutien financier, enregistrer sa musique, produire son album ou encore organiser des concerts est presque impossible. Il faut alors chercher des sources de financement. A la fois pour permettre à son projet musical d’éclore mais aussi de devenir stable sur le long-terme. Pour cela, plusieurs méthodes peuvent être employées.

Créer sa propre source de revenus

                Tout d’abord, il est nécessaire que l’artiste essaie de rentabiliser son activité musicale. Que ce soit au moyen de merchandising ou de vente d’albums, il faut d’abord créer sa propre source de financement. En monétisant sa musique et en diversifiant ses sources de revenus, un autofinancement – même s’il n’est que partiel – est possible. Par conséquent, la première étape est de développer votre projet comme une entreprise afin d’attirer de potentiels investisseurs.  Cette méthode nécessite des investissements initiaux et du temps mais est cependant un point central du métier artistique professionnel. De plus, il est souvent utile de la combiner avec d’autres sources de financement comme celles proposées ci-dessous.

Obtenir des aides et subventions

                Par ailleurs, afin de soutenir le développement d’artistes et la production de musique, un nombre important d’organismes francophones proposent un soutien financier au moyen d’aides et de subventions. Que ce soient les collectivités territoriales, la SCPP, la FCM, la SACEM ou encore l’ADAMI, divers programmes d’aide à la création sont proposés aux artistes confirmés mais aussi débutants à condition d’être éligible. Cette éligibilité peut dépendre de la nature du projet musical, de la motivation ou encore du projet professionnel. Cependant, les conditions d’obtention sont complexes et le côté administratif est conséquent, surtout en considération qu’il n’y a aucune certitude de bénéficier de ces financements à la fin de toutes ces démarches. Néanmoins, ces aides financières peuvent faire la différence. Elles permettent à l’artiste de gagner en visibilité, d’agrandir son réseau et de posséder d’arguments solides lors de communications avec d’autres professionnels.

Lancer sa campagne de “crowdfunding”

                Ensuite, avec l’avènement d’internet, créant un lien direct entre l’artiste et son audience, est apparu le nouveau concept de « crowdfunding ». Un financement participatif, ou crowdfunding, est un mode de financement direct qui fait appel à un large nombre de personnes afin de financer un projet. Ainsi n’importe qui peut participer au financement de la musique d’un artiste qui en fait la demande. Il suffit à ce dernier de définir une date limite, un objectif mais également des récompenses contre contributions par exemple. En effet, en dehors du simple don, trois autres options sont possibles : le don avec contrepartie (ou récompense), le prêt ou encore le capital-investissement. Cette variété de modèles, mais aussi la présence de nombreuses plateformes telles que Kickstarter, Indiegogo ou encore PledgeMusic sont intéressantes pour créer une demande de financement sur mesure.

De plus, lorsqu’un musicien demande à sa communauté de participer ponctuellement au financement d’un projet que cela concerne un album, un clip musical ou encore un EP, cela lui permet non seulement d’impliquer directement son audience dans le développement de sa carrière mais aussi de mesurer leur intérêt pour le projet. En effet, le financement participatif permet de mesurer l’engouement du public concerné. Si l’idée plaît alors c’est un succès, le projet est payé en avance et peut être réalisé sans risques. Au contraire, si le crowdfunding est un échec, cela signifie peut-être que le projet n’intéresse pas pour le moment. Et alors, on évite un lancement raté. Le seul inconvénient de cette méthode est qu’il faut déjà posséder une communauté conséquente ou toucher un large public. Les sites prélèvent également une commission mais en contrepartie fournissent une facilité d’utilisation et de communication.

S’appuyer sur les pourboires

                De plus, un autre type de financement participatif existe, basé sur le principe du pourboire et proposé par des sites novateurs tels que Tipee ou Patreon. Ce service donne la possibilité aux fans de donner un pourboire – une somme du montant de leur choix – dès que l’artiste propose un nouveau contenu, que ce soit une vidéo ou une chanson. Ce modèle est donc pertinent pour les artistes publiant régulièrement du contenu en ligne, comme les musiciens Youtubeurs par exemple. Il propose un revenu continu sur la durée, dans la mesure où l’artiste possède déjà une communauté active. En effet, les fans peuvent même décider de fixer un montant mensuel maximum afin de gérer au mieux leur argent. En outre, à l’image du concept de crowdfunding, on peut accorder un privilège aux donneurs au moyen de contenu exclusif par exemple, ce qui permet d’encourager les pourboires.

Recevoir l’appui d’un mécène

                En dehors des aides ou du financement participatif, un moyen plus traditionnel d’obtenir des fonds est de faire appel à un mécène, personne ayant les moyens et l’envie de placer son argent dans des projets musicaux. Ces apports sont en général financiers. Mais ils peuvent également se doubler d’un accompagnement dans le développement de la carrière de l’artiste et d’un élargissement du réseau de ce dernier. Cependant, il faut une contrepartie – un retour sur investissement élevé –. Un autre problème qui s’ensuit est la difficulté à garder son indépendance. Il faut être attentif et ne s’engager que sur certains points précis. De plus il est complexe de rentrer en contact avec ces investisseurs. Un réseau bien établi et de l’expérience est souvent la clé menant aux mécènes.

Faire appel à des sponsors

                D’autre part, le sponsoring est envisageable pour tout artiste possédant un univers qui puisse être lucratif pour un business. C’est-à-dire pour tout artiste qui possède un potentiel économique. Par exemple, un artiste attirant une certaine audience correspondant au client-type ciblé par une marque. Il faut alors que l’artiste connaisse précisément son public : sa taille, le profil de ses fans, leur implication. Cependant, il ne s’agit pas seulement d’un financement économique. Pour l’artiste, les promotions, réductions, le gain en réseau, les produits et services gratuits sont avantageux. Tout cela en échange de la promotion des produits de cette entreprise par l’artiste au moyen par exemple de placements de produits.

                Les sources de financement pour un artiste, qu’elles soient spécifiques au domaine musical ou non, sont variées et nombreuses. Pour un artiste en recherche de fonds, il suffit alors de savoir oser demander et de s’organiser professionnellement en tant qu’entreprise. Une fois les financements reçus, il peut alors réinvestir et gagner de l’argent, créant un cercle vertueux. Mais la construction de ce financement peut s’avérer délicat et propre à chaque cas. C’est pourquoi si vous ne savez pas par où commencer : RekYou peut vous aider à créer votre dossier. N’hésitez pas à nous contacter.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *